~Scroll down for English~

Me voila de retour du Myanmar-Le pays du Thanaka (Anciennement Birmanie) où j’ai baroudé un mois. Et que de choses à dire sur la spiritualité au myanmar ! C’est d’ailleurs le seul pays où j’ai entendu parler de visas spécifiques pour la méditation ( Peut être mon prochain visa birman, qui sait? ^^ )

Une de mes premières destinations fut le lac Inle où j’ai posé mon barda dans le village de Nyaung Shwe.

IMG_2883

Comme au Sri Lanka le bouddhisme au Myanmar est celui de la branche la plus ancienne : Theravada. Dans ce village j’ai pu assister à une cérémonie bouddhiste.Les Birmans l’apellent « Shimpyu» au même titre que la communion pour la religion catholique , cette célébration est organisée par les familles pour introduire « officiellement » leurs enfants au bouddhisme.

Afin d’amuser votre sens auditif pour la suite de l’article, comme lors du passage du cortége que les birmans appellent le « pwé », voici un extrait audio , qui permettra, je l’espère, de vous plonger quelque peu dans l’atmosphère de cette célébration.

Shinpyu peut ainsi être considéré comme un rite de passage, il est considéré comme le cadeau religieux le plus important que les parents doivent à leurs enfants. En plus des bienfaits spirituels pour l’enfant, ce rite constitue un acte important pour le couple également. D’ailleurs dans le cas où un couple n’a pas eu cette chance d’avoir un enfant, ce dernier aidera celui d’une famille pauvre ou un orphelin afin de recevoir, malgrés tout, les louanges du Bouddha et donc gagner un grand mérite par l’acte.

Le Sayadaw, le moine le plus éveillé du monastère du village va choisir un jour de bon augure pour la célébration; la période du Nouvel An Bouddhiste ou festival de l’eau, Thingyan (အခါ တွင်း) , est un moment préféré de l’année. Cette période de festivités ne peut avoir lieu qu’une fois par an, et se passe le plus souvent pendant les vacances scolaires.
Il peut y avoir des enfants d’une même famille ou de familles du même quartier ou village . Cette célébration demande quelques pré-requis :
-L’enfant doit être agé de moins de 18 ans
-Apprendre à réciter la demande de robes appelée ThinGaN Daung (သင်္ ကန်း တောင်း)
-Connaitre les dix préceptes ((ဆယ် ပါးသီလ Seba thila)
-Respecter certaines règles monastiques

Le passage du cortège marque le début d’une expérience minimale de 7 jours dans le monastère. Traditionnellement pendant les 7 premiers jours les parents accompagnent l’enfant dans le monastère. En effet à partir de cette cérémonie, l’enfant devient un « samanéra » (terme sanscrit traduit par « shin thamanei » en birman )soit un novice dans la religion bouddhiste, qui aura la possibilité de devenir ou non un moine ou une none, c’est-à-dire un bhikkhu. Il devra suivre dix règles telles que  « ne pas tuer », « ne pas voler » ou « ne pas mentir » entre autres.

Le grand jour commence tôt avec une procession appelée « shinlaung » au monastère,lors de laquelle l’enfant est vêtu de soies resplendissantes brodées d’or tel un prince.
Pour ce qui est du cortège appelé « pwé », le Samanera sera installé sur un cheval afin de parader. Derrière son cheval suit le « pwé » composé principalement de la famille, des parents fiers portant les robes monastiques et de ses sœurs ou des jeunes filles du village transportant des boîtes de cérémonie.

cheval

Dans le « pwé » se trouvent également de nombreux musiciens et diverses danseurs.
L’enfant est pendant une journée le centre de l’attention, une spécificité s’ajoute pour les filles, en effet, au cours de cette journée, elles reçoivent un perçage aux oreilles effectué avec une aiguille d’or.

IMG_2775

Une fois le « pwé » arrivé au monastère, les moines président la cérémonie et reçoivent diverses aumônes et offrandes. Une fête a été préparé pour tous y compris les chiens :).

Je tiens à remercier Noan, gérant de la guesthouse « NK – The little Inn » grace à qui j’ai pu récolter ces informations au sujet du shimpyu.

Nous avons d’ailleur continuer notre discusssion en abordant le sujet du sacrifice financier que représente la cérémonie pour nombre de familles birmanes et de la présence presque dérangeante de l’argent dans le culte Bouddhiste et plus particulièrement au Myanmar.
Au cours de mon séjour au Myanmar, j’ai pu aborder ce sujet à plusieurs reprises avec des locaux, bouddhistes pour la plupart .Noan est de confession catholique cela m’a permis ,je pense ,d’apporter un point de vue différent à la question.
En comparaison avec le Sri Lanka, l’oppulance des donations au myanmar me paraissent bien plus nombreuses : les billets aux pieds des statuts du Bouddha , les temples recouvert d’Or et autres matières précieuses donnent une autre vision de cet enseignement qu’est le bouddhisme.

Une Statue dans un temple

Me concernant ce qui m’a marqué n’est pas les donations en elles mêmes mais plutot ce rapport ,presque extrémiste, à la monnaie.
Au Sri Lanka l’argent est également présent mais m’a paru beaucoup moins visible, en tout cas les donations « visibles » directement dans les temples me semblaient plus avoir la forme de fruits ou autres denrées alimentaires…
D’un point de vue spirituel, pour les bouddhistes ces donations leurs permettent d’améliorer leur spiritualité, et ainsi pouvoir anticiper au mieux leur prochaine vie.

Yatha-bhùta ! Voilà comme les choses sont !

Allé, A bientôt !

Bisous Thanaka !

———————————-English———————————–


I am back from Myanmar-The country’s Thanaka (formerly Burma) where I stayed for a month. And so much to say about spirituality in Myanmar! This is also the only country where I heard about specific visa for meditation (Maybe my next Burmese visa, who knows? ^^)

One of my first destinations was the Inle Lake where I decided to stop for a while, in the village of Nyaung Shwe.
IMG_2883

As in Sri Lanka Buddhism, Myanmar has the oldest branch of Buddhism: Theravada. In this village I attended a Buddhist ceremony. The Burmese name is “Shimpyu”, which is like the First Communion for the Catholic religion; this celebration is organized by families to “officially” initiate their children to Buddhism.
To entertain your ears for the rest of the article, much like passing the procession that the Burmese call “PWE”, here is an audio clip, which will, I hope, immerse yourself somewhat in the atmosphere of the celebration.

Shinpyu can be seen as a rite of passage, it is considered the most important religious gift that parents owe their children. In addition, to the spiritual benefits for the child, this rite is an important act for couples too. If a couple has not been able to have a child, they will help a child of a poor family or an orphan to receive the blessings of the Buddha.
The Sayadaw, the most enlightened monk of the monastery of the village will choose the right day for the celebration; the period of the New Year or Buddhist water festival, Thingyan (အခါ တွင်း), is a favorite time of year. This period of festivities can take place only once a year, and happens most often during the school holidays.
There may be children of the same family or families from the same neighborhood or village. This celebration requires some prerequisites:
Children must be age 18 or under
-Learn to recite the request of dresses called ThinGaN Daung (သင်္ ကန်း တောင်း)
-Know The Ten precepts ((ဆယ် ပါးသီလ thila Seba)
-Respect Certain monastic rules
The passage of the procession marks the beginning of a minimum of seven days experience in the monastery. Traditionally during the first 7 days parents accompany the child in the monastery. Indeed from this ceremony, the child becomes a “samanera” (Sanskrit word translated “shin thamanei” in Burmese) a novice in the Buddhist teaching, which will be able or not to become a monk. She/He will follow ten rules such as “do not kill,” “do not steal” or “do not lie” and others.
The big day starts early with a procession called “shinlaung” in the monastery, during which the child is dressed in gold-embroidered silks, like a prince.
Regarding the procession called “PWE” the Samanera will be installed on a horse to show off. Behind the horse follows the “PWE” consisting mainly of family, proud parents carrying the monastic robes and sisters or village girls carrying boxes ceremony.

cheval

In the “PWE” Also have many musicians and various dancers.
The child is for one day the center of attention. Specifically for girls, during this day, they receive a piercing ears made with a gold needle.

IMG_2775

Une Statue dans un temple

Me about what struck me was not donations but rather in them the same report, almost extremist, currency.
In Sri Lanka money is given also as a present but seemed much less visible, fruits and food were more common to see in the temples. In Myanmar, the donations were more “visible”, were the money is seen directly in the temples…
From a spiritual point of view, for Buddhists these donations allow them to improve their spirituality, and thus be able to better anticipate their next life.

Yatha-Bhuta! That is how things are!

Allé, A bientôt !

Bisous Thanaka !